Réalisée l’année suivante, en 1969, cette œuvre synthétise la vie et le drame de l’histoire de Marie.

Ici aussi l’expression de la foi et de l’humanité de Ghiorgo Zafiropulo trouvent leur traduction par une œuvre d’une très grande présence et puissance évocatrice. Marie est simplement assise, enveloppée dans son immense manteau noir, enlaçant sur ses genoux la dépouille de son fils. Elle penche dignement son visage vers lui, le couvrant de son infinie tristesse, devant un destin qu’elle savait inéluctable. Jésus Christ est répandu sur ses genoux, son corps immense aux articulations distendues par le supplice de la crucifixion. Sa tête est soutenue par la main droite de sa mère qui retient de son autre main sa cuisse pour ne pas qu’il glisse au sol. Les deux êtres sont sculptés séparément et le corps du Christ glissé sous le bras de sa mère repose sur ses genoux accentuant la véracité de l’événement et de l’épreuve. L'Humanité, L’Amour, l’Acceptation, le Mystère, l’Indicible sont ici sensibles dans cette œuvre dont les qualités plastiques sont par ailleurs remarquables. La patine est bien évidemment noire, de la couleur du deuil.

Opus N°21 Pieta

À gauche:

dessin préparatoire au crayon sur papier, 15 x 20 cm