Il s’agit là de la première des œuvres tardives de Ghiorgo Zafiropulo qui reprend ses ciseaux et ses burins après plus de quinze ans d’interruption, et dont la réalisation s’est étendue de 1986 à 1990. Elle est placée dans ce chapitre, car il l’avait lui-même catégorisée comme sujet religieux ou biblique: Eve, la première d’entre toutes les femmes, « La » référence à la féminité.

Il n’a rien perdu de l’habileté ni de la précision de ses ciseaux et cette œuvre est empreinte de classicisme et d’élégance. Elle est intemporelle, les bras levés, relevant sa chevelure dans un mouvement gracieux et particulièrement féminin, mettant en valeur les formes de son torse, sa taille et ses hanches généreuses, mais sans aucune lourdeur. L’aspect est doux et lisse comme la peau, la patine soit vert foncé, soit marron foncé.

Opus N°23 Eva Venere or Feminity